Les délais de prescription : que faut-il retenir ?

Les délais de prescription : que faut-il retenir ?

Publié le : 15/02/2022 15 février févr. 02 2022

La prescription constitue un point fondamental du système juridique français. En effet,  dans toute affaire, l’une des premières vérifications réalisées par le Juge est le respect par le demandeur des délais lui permettant d’agir en justice. 
Par le passé, la prescription de droit commun a pu bénéficier de durées plus longues, mais celle actuellement fixée par le législateur est gage de sécurité juridique, puisque considérée comme suffisante pour qu’une personne ait le temps de faire valoir ses droits. 
Le Cabinet GILLES vous présente ce mois-ci l’essentiel à connaître en matière de prescription de droit commun. 

La prescription représente le délai à l’expiration duquel une personne n’est plus en mesure de saisir la justice pour défendre ou faire reconnaître ses droits. Concrètement, si une action judiciaire est entamée alors que le délai de prescription est dépassé, cette action sera jugée forclose et déclarée irrecevable par la juridiction saisie. 

Il existe plusieurs types de prescriptions (contrats, contrats spéciaux, droits des biens, droit de la consommation, etc.), mais le délai de prescription de droit commun, c’est-à-dire aux règles qui s’appliquent à toutes les situations hormis celles qui sont soumises à des règles spéciales, est fixé à 5 ans.  

Le Code civil distingue deux formes de prescription :
  • La prescription acquisitive : qui permet à une personne d’acquérir un droit par le fait de la possession d’une chose, sans avoir à justifier d’un titre de propriété, tout en étant de bonne foi et sans avoir eu l’intention de nuire aux intérêts du réel propriétaire de ce droit. 
Par exemple, si une personne de bonne foi dépose une marque qui a déjà été déposée par une autre personne et a usé de cette marque durant cinq ans, elle est considérée comme propriétaire de celle-ci.  
  • La prescription extinctive : L’inaction pendant cinq ans du propriétaire d’un droit personnel ou réel a pour effet de lui faire perdre ses droits. 
Par exemple, dans le cas où une personne  prête de l’argent à une autre par le biais d’une reconnaissance de dette fixant une date butoir de remboursement : si passées cinq années à compter de cette date le prêteur n’a pas réclamé le paiement, il n’est alors plus fondé à agir en justice pour en obtenir le recouvrement.  

Outre le fait de connaître la durée du délai de prescription de droit commun, il est indispensable de pouvoir déterminer son point de départ. 
La loi est claire : le délai de prescription court à compter du jour où la personne qui souhaiterait l’exercer « a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l’exercer ». 
Ainsi, en matière contractuelle par exemple, le point de départ du délai de prescription n’est pas nécessairement la date de conclusion du contrat.En matière délictuelle (c’est-à-dire hors contrat), il s’agit, en principe, de la date de réalisation du dommage. Mais comme toute règle de droit, celle-ci connaît toujours des exceptions.

Si l’on reprend l’exemple d’un dépôt de marque, mais que ce dernier a donné lieu à des actes de contrefaçon de la part du second titulaire, le propriétaire de la marque victime dispose de cinq ans pour agir en contrefaçon, à compter du jour où il a connu ou aurait dû connaître le dernier fait de contrefaçon. 

Une nuance est cependant apportée à la fixation du point de départ au jour du dommage, puisque ce report ne peut avoir pour effet de porter le délai de prescription extinctive au-delà de vingt ans à compter du jour de la naissance du droit

Pour contester un testament, si par exemple une personne apprend l’existence du testament litigieux 30 ans après la mort de son rédacteur, il lui est alors impossible d’agir en nullité. 

Enfin, le délai de prescription de droit commun peut toujours être interrompu ou suspendu

Il y aura interruption de la prescription toutes les fois où la justice a été saisie, si le débiteur de l’obligation reconnaît sa dette envers le demandeur ou bien encore si un acte d’exécution forcée a été signifié. 
L’interruption de la prescription a pour effet de faire courir un nouveau délai de prescription à compter de la date de l’acte qui a interrompu la première période. 

Enfin, la prescription sera suspendue, par exemple, contre celui qui se trouve dans l’impossibilité d’agir du fait d’un empêchement résultant de la loi, de la convention ou de la force majeure. Cependant, cette impossibilité d’agir n’est que rarement reconnue par les Juges. 
La prescription est également suspendue en cas de conciliation ou de médiation. 
Ici, un nouveau délai ne court pas, mais le délai de prescription initial est mis en pause et continue à courir une fois que le fait à l’origine de la suspension est terminé. 

Historique

  • Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    Publié le : 15/02/2022 15 février févr. 02 2022
    Article juridique
    Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    La prescription constitue un point fondamental du système juridique français. En effet,  dans toute affaire, l’une des premières vérifications réalisées par le Juge est le respect par le demandeur des délais lui permettant d’agir en justice.  Par le passé, la prescription de droit commun a pu bé...
  • Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    Publié le : 14/01/2022 14 janvier janv. 01 2022
    Article juridique
    Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    En droit social, il est dit d’une maladie qu’elle est d’origine professionnelle, dès lors qu’elle trouve un lien direct avec les conditions de travail du salarié ou résulte d’une exposition à un risque auquel est exposé le salarié du fait de son activité (chimique, moral, physique, biologique, et...
  • Assurance et clauses d'exclusion de garantie
    Publié le : 15/12/2021 15 décembre déc. 12 2021
    Article juridique
    Assurance et clauses d'exclusion de garantie
    En droit des assurances, les clauses d’exclusion de garantie sont celles qui vont avoir pour effet de priver le bénéficiaire du contrat de la réparation du dommage ou d’un préjudice subi.  Par application de ces clauses, l’assureur n’est donc pas tenu d’indemniser l’assuré.  Toutefois, dans une...
  • La rétrogradation du salarié
    Publié le : 10/11/2021 10 novembre nov. 11 2021
    Article juridique
    La rétrogradation du salarié
    La rétrogradation est une mesure qui a de lourdes conséquences, tant sur l’échelon professionnel que sur la rémunération du salarié, à l’encontre de qui elle est prononcée.  Son impact étant si important, le prononcé d’une rétrogradation est strictement encadré par le Code du travail et suppose...
  • La location-gérance
    Publié le : 21/10/2021 21 octobre oct. 10 2021
    Article juridique
    La location-gérance
    La location-gérance est une situation juridique où le propriétaire d'un fonds de commerce permet temporairement à une tierce personne d’exploiter librement ce fonds, en contrepartie d’une redevance.  Encadrée par des règles particulières, et faisant l’objet d’un contrat obéissant à un formalisme...
  • Connaissez-vous le droit au rebond de l’entrepreneur ?
    Publié le : 07/10/2021 07 octobre oct. 10 2021
    Article juridique
    Connaissez-vous le droit au rebond de l’entrepreneur ?
    Le 20 juin 2019, le Parlement européen et le Conseil ont adopté la Directive 2019/1023 sur la restructuration et l’insolvabilité. Certaines dispositions de cette Directive, à transposer dans chaque Etat membre de l’Union, concernent le droit au rebond de l’entrepreneur qui se montre de bonne foi...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK