Les grandes lignes de la protection du secret des affaires

Les grandes lignes de la protection du secret des affaires

Publié le : 12/05/2022 12 mai mai 05 2022

À l’origine issu du droit européen, le secret des affaires tel qu’il est connu en droit français est consacré par la loi du 30 juin 2018, relative à la protection du secret des affaires. 
En plus d’harmoniser les règles au niveau européen, cette loi a permis de déterminer ce qui relève du secret des affaires, et d’instaurer des sanctions applicables en cas d’atteinte ou de violation de ce principe. 

Protection du secret des affaires : contours et conditions

En matière de protection des affaires, il n’existe pas de liste exhaustive des informations concernées par ce principe. Cependant, le Code de commerce (article L 151-1) identifie trois catégories d’informations automatiquement soumises à la protection des affaires :
  • Les informations qui ne sont pas, en elles-mêmes ou dans la configuration et l'assemblage exacts de leurs éléments, généralement connues ou aisément accessibles pour les personnes familières de ce type d'informations en raison de leur secteur d'activité ;
  • Les informations qui revêtent une valeur commerciale, effective ou potentielle, du fait de leur caractère secret ;
  • Les informations qui font l'objet, de la part de leur détenteur légitime, de mesures de protection raisonnables, compte tenu des circonstances, pour en conserver le caractère secret.
Il s’agira, par exemple, des informations relatives au fichier clients d’une entreprise, de ses projets de développement (nouvelle acquisition, déploiement d’un nouveau produit...), d’une méthode commerciale, etc.

De manière générale, il s’agit de tout ce qu’une entreprise n’a pas dévoilé d’un point de vue commercial et concernant son savoir-faire.  

Concernant l’étendue de la protection des affaires, ce principe implique que, sauf consentement donné par le détenteur légitime, ces informations ne peuvent pas être obtenues par des tiers. 

À défaut, toute obtention de ces informations par une personne physique ou morale est considérée comme illicite, dès lors qu’elles sont soutirées, par exemple, par le biais de copies privées, de comportements déloyaux et contraires aux usages commerciaux, ou lorsque celui qui les obtient a sciemment connaissance de l'utilisation ou de la divulgation du secret. 

Protection du secret des affaires : procédure et sanctions

Certaines situations constituent des modes d’obtention licite d’un secret des affaires, qui ne peuvent donner lieu à des poursuites. Il s'agit notamment des créations indépendantes, des découvertes, ou encore d’informations obtenues du fait de l'observation, de l'étude, du démontage ou du test d'un produit ou d'un objet mis à la disposition du public et licitement détenu (hors stipulation contractuelle interdisant ou limitant cet accès). 

De même, le secret des affaires n’est pas opposable lorsque les informations sont obtenues, utilisées ou divulguées :
  • dans le cadre de l’exercice du droit à la liberté d'expression et de communication, 
  • pour révéler, dans le but de protéger l’intérêt général et de bonne foi, une activité illégale, une faute ou un comportement répréhensible (notamment lors de l’exercice du droit d’alerte), 
  • pour protéger un intérêt légitime reconnu par le droit de l’Union européenne ou le droit national (article L151-8 du Code de commerce).
Le secret des affaires n’est pas non plus opposable lorsque les informations concernées sont requises ou autorisées par les autorités juridictionnelles et administratives (article L151-7 du Code de commerce). 

Au-delà de ces exceptions, toute violation à la protection du secret des affaires engage la responsabilité de son auteur
Le montant des dommages-intérêts dépend alors :
  • des conséquences économiques et financières (perte de bénéfice et manque à gagner) subies par la victime,
  • du préjudice moral causé à la victime,
  • des bénéfices réalisés par l’auteur de l’atteinte au secret des affaires (article L152-6 du Code de commerce). 
Des sanctions supplémentaires peuvent être prononcées à l’encontre de l’auteur :
  • La destruction totale ou partielle d’élément contenant le secret des affaires ;
  • Le rappel des produits résultant de manière significative de l'atteinte au secret des affaires, sinon leur modification voire leur destruction ;
  • L’interdiction de la réalisation ou la poursuite de l’utilisation ou la divulgation du secret d’affaires ;
  • L’interdiction de la production, l’offre, la mise sur le marché, etc. d’un produit résultant de manière significative de l'atteinte au secret des affaires.
L’action relative à une atteinte au secret des affaires se prescrit par cinq ans, à compter du jour où le détenteur légitime du secret des affaires a connu ou aurait dû connaître le dernier fait qui en est la cause.

A contrario, toute procédure dilatoire ou abusive tendant à voir reconnaître une violation du secret des affaires sera sanctionnée : le juge peut ainsi condamner l’auteur d’une telle action à une amende civile, dont le montant ne peut être supérieur à 20 % du total de la demande de dommages et intérêts formulée par cet auteur. Le cas échéant, le montant de cette amende ne peut excéder 60 000 euros. 

Historique

  • Le salarié et la clause de mobilité
    Publié le : 03/06/2022 03 juin juin 06 2022
    Article juridique
    Le salarié et la clause de mobilité
    Lorsqu’elle est licite, la clause de mobilité insérée au contrat de travail, ou prévue par des dispositions conventionnelles, est celle par laquelle le salarié accepte une modification du lieu géographique de son travail, différent de celui pour lequel il a été recruté.  La clause de mobilité ne...
  • Les grandes lignes de la protection du secret des affaires
    Publié le : 12/05/2022 12 mai mai 05 2022
    Article juridique
    Les grandes lignes de la protection du secret des affaires
    À l’origine issu du droit européen, le secret des affaires tel qu’il est connu en droit français est consacré par la loi du 30 juin 2018, relative à la protection du secret des affaires.  En plus d’harmoniser les règles au niveau européen, cette loi a permis de déterminer ce qui relève du secret...
  • Les pratiques anticoncurrentielles
    Publié le : 27/04/2022 27 avril avr. 04 2022
    Article juridique
    Les pratiques anticoncurrentielles
    Les entreprises françaises sont notamment régies par le droit de la concurrence, lequel repose sur un principe de concurrence saine et loyale entre les différents opérateurs. Par nature, ce principe exclut toute pratique déloyale et anticoncurrentielle.  À ce titre, le Code du commerce répertori...
  • La géolocalisation des salariés : autorisations et limites
    Publié le : 09/03/2022 09 mars mars 03 2022
    Article juridique
    La géolocalisation des salariés : autorisations et limites
    Contrôler l’activité de leurs salariés est une finalité à laquelle de nombreux employeurs aspirent, notamment par l’usage de techniques de géolocalisation du personnel.  Bien qu’autorisé, ce procédé entre en confrontation avec le droit fondamental des salariés leur garantissant un droit au respe...
  • Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    Publié le : 15/02/2022 15 février févr. 02 2022
    Article juridique
    Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    La prescription constitue un point fondamental du système juridique français. En effet,  dans toute affaire, l’une des premières vérifications réalisées par le Juge est le respect par le demandeur des délais lui permettant d’agir en justice.  Par le passé, la prescription de droit commun a pu bé...
  • Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    Publié le : 14/01/2022 14 janvier janv. 01 2022
    Article juridique
    Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    En droit social, il est dit d’une maladie qu’elle est d’origine professionnelle, dès lors qu’elle trouve un lien direct avec les conditions de travail du salarié ou résulte d’une exposition à un risque auquel est exposé le salarié du fait de son activité (chimique, moral, physique, biologique, et...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK