Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles

Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles

Publié le : 14/01/2022 14 janvier janv. 01 2022

En droit social, il est dit d’une maladie qu’elle est d’origine professionnelle, dès lors qu’elle trouve un lien direct avec les conditions de travail du salarié ou résulte d’une exposition à un risque auquel est exposé le salarié du fait de son activité (chimique, moral, physique, biologique, etc.). 
L’annexe II du Code de la sécurité sociale comporte en ce sens un tableau des maladies professionnelles, présumées contractées dans le cadre du travail. 

Lorsque la pathologie dont est affecté le salarié ne figure pas dans ce document, cela ne signifie pas pour autant que l’origine professionnelle ne peut être reconnue. Dans ce cas, un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) est appelé à déterminer s’il y a un lien de causalité entre la maladie et le travail.
En effet, un tel lien avec le travail a d’importantes répercussions concernant l’indemnisation de la victime (indemnisation d’incapacité temporaire plus avantageuse, prise en charge à 100% des frais médicaux, gratuité des soins en lien avec la maladie, voire versement d’une rente). 

Récemment, la Cour de cassation a dû rappeler que l’absence ou non de situation de harcèlement moral était sans impact concernant la prise en charge de la dépression du salarié au titre des maladies professionnelles, tant qu’un lien avec le travail de la victime pouvait être démontré.  

L’affaire en question concerne une salariée ayant reçu un avis favorable à sa déclaration de maladie professionnelle résultant d’une dépression réactionnelle, prise en charge par la caisse d’assurance maladie au titre de la législation professionnelle. 

L’employeur du salarié conteste l’origine professionnelle de la maladie et saisit une juridiction de sécurité sociale qui accueille sa demande, retenant que devant la juridiction pénale, ce même employeur a été reconnu non coupable des faits de harcèlement moral envers la salariée, pour lesquels il était poursuivi. 

La Caisse d’assurance maladie porte le litige devant la Cour de cassation, et rappelle qu’une maladie caractérisée et non désignée dans un tableau de maladies professionnelles, peut être reconnue d’origine professionnelle, dès qu’il est établi qu’elle est essentiellement et directement causée par le travail habituel de la victime.
Or, en l’espèce, la salariée victime d’une dépression psychogène soulevait des difficultés rencontrées dans son travail, notamment en matière d’une charge de travail importante et de pression, voire d’autorité exercée par ses responsables, situation connue des dirigeants. 
Mais du côté du Tribunal correctionnel, l’ensemble de ces éléments et les preuves apportées n’avaient pas suffi à caractériser une situation de harcèlement moral exercée sur la victime par ses responsables. 
Dans la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle, la Cour d’appel s’était quant à elle servie de cette absence de situation de harcèlement moral, et de la relaxe des supérieurs hiérarchiques, pour écarter la prise en charge de la dépression au titre de la législation professionnelle. 

La Cour de cassation sanctionne ce raisonnement et reproche à la Cour d’appel d’avoir fondé sa décision sur des motifs impropres à caractériser l’absence de lien direct entre la maladie et le travail habituel de la victime : 
En effet, la décision concernant le harcèlement moral appartenait au seul juge pénal, alors que le rôle de la Cour d’appel était de rechercher si la maladie dont souffrait la salariée était essentiellement et directement liée à son travail habituel, et non si elle était liée à un harcèlement moral.

Ainsi, en matière de prise en charge de maladies d’ordre psychique au titre des maladies professionnelles, peu importe la caractérisation (harcèlement, risques psychosociaux, etc.) : ce qui prédomine, c’est le lien entre la survenance de la maladie et le travail habituel de la victime. 

Référence de l’arrêt : Cass. civ 2ème 9 septembre 2021 n°20-17.054

Historique

  • Le salarié et la clause de mobilité
    Publié le : 03/06/2022 03 juin juin 06 2022
    Article juridique
    Le salarié et la clause de mobilité
    Lorsqu’elle est licite, la clause de mobilité insérée au contrat de travail, ou prévue par des dispositions conventionnelles, est celle par laquelle le salarié accepte une modification du lieu géographique de son travail, différent de celui pour lequel il a été recruté.  La clause de mobilité ne...
  • Les grandes lignes de la protection du secret des affaires
    Publié le : 12/05/2022 12 mai mai 05 2022
    Article juridique
    Les grandes lignes de la protection du secret des affaires
    À l’origine issu du droit européen, le secret des affaires tel qu’il est connu en droit français est consacré par la loi du 30 juin 2018, relative à la protection du secret des affaires.  En plus d’harmoniser les règles au niveau européen, cette loi a permis de déterminer ce qui relève du secret...
  • Les pratiques anticoncurrentielles
    Publié le : 27/04/2022 27 avril avr. 04 2022
    Article juridique
    Les pratiques anticoncurrentielles
    Les entreprises françaises sont notamment régies par le droit de la concurrence, lequel repose sur un principe de concurrence saine et loyale entre les différents opérateurs. Par nature, ce principe exclut toute pratique déloyale et anticoncurrentielle.  À ce titre, le Code du commerce répertori...
  • La géolocalisation des salariés : autorisations et limites
    Publié le : 09/03/2022 09 mars mars 03 2022
    Article juridique
    La géolocalisation des salariés : autorisations et limites
    Contrôler l’activité de leurs salariés est une finalité à laquelle de nombreux employeurs aspirent, notamment par l’usage de techniques de géolocalisation du personnel.  Bien qu’autorisé, ce procédé entre en confrontation avec le droit fondamental des salariés leur garantissant un droit au respe...
  • Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    Publié le : 15/02/2022 15 février févr. 02 2022
    Article juridique
    Les délais de prescription : que faut-il retenir ?
    La prescription constitue un point fondamental du système juridique français. En effet,  dans toute affaire, l’une des premières vérifications réalisées par le Juge est le respect par le demandeur des délais lui permettant d’agir en justice.  Par le passé, la prescription de droit commun a pu bé...
  • Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    Publié le : 14/01/2022 14 janvier janv. 01 2022
    Article juridique
    Précisions sur la prise en charge de la dépression au titre des maladies professionnelles
    En droit social, il est dit d’une maladie qu’elle est d’origine professionnelle, dès lors qu’elle trouve un lien direct avec les conditions de travail du salarié ou résulte d’une exposition à un risque auquel est exposé le salarié du fait de son activité (chimique, moral, physique, biologique, et...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK